counter create hit Le chien: pièce en un acte : théâtre - Download Free eBook
Hot Best Seller

30 review for Le chien: pièce en un acte : théâtre

  1. 4 out of 5

    Czarny Pies

    « Câlice d’ostie de place de cul! » Voilà comment commence « Le Chien » de Jean Marc Dalpé. Gagnante du prix du gouverneur général de 1987, cette pièce est reconnue comme étant un chef-d’œuvre de la littérature franco-ontarienne. Bien que le début du « Chien » fasse penser à « Ubu roi », cette pièce n’est pas une parodie. Elle se prend très au sérieux. Hélas, elle ne marche pas de tout. Dans le langage de Dalpé, c’est « un crisse d’écoeurantrie. » « Le Chien » ressemble beaucoup aux pièces que l « Câlice d’ostie de place de cul! » Voilà comment commence « Le Chien » de Jean Marc Dalpé. Gagnante du prix du gouverneur général de 1987, cette pièce est reconnue comme étant un chef-d’œuvre de la littérature franco-ontarienne. Bien que le début du « Chien » fasse penser à « Ubu roi », cette pièce n’est pas une parodie. Elle se prend très au sérieux. Hélas, elle ne marche pas de tout. Dans le langage de Dalpé, c’est « un crisse d’écoeurantrie. » « Le Chien » ressemble beaucoup aux pièces que l’on avait montées vingt-ans auparavant au Québec. On y voit des points en communs avec les pièces de Michel Tremblay (« Les Belles Sœurs », « Hosanna », « À toi pour toujours, ta Marie-Lou », etc.), de Michel Garneau (« Quatre à Quatre ») et bien d’autres. Les personnages sont des classes populaires, pauvres et souvent méchants. Les jurons canadiens et les mots de « Joual » tombent abondamment. Le premier problème est que la dominance du « Joual » dans la langue parlée canadienne-française est un mythe. L’emploi des anglicismes est maintenant et a toujours été le plus grand défaut dans notre parler. Le deuxième problème est le cliché que les francophones sont en majorité des couches défavorisées de la société. À l’époque où se situent les événements du « Chien », les grandes majorités des franco-Ontariens étaient très aisés. Ils travaillaient dans les secteurs syndiqués (les mines et le bois) et gagnaient bien leur vie. Ils buvaient avec modération, allaient régulièrement à la messe et ne battaient pas leurs femmes. On ne peut pas dire qu’il n’existait pas de familles chez nous telles que présentées par Dalpé mais il présente une image de la société franco-ontarienne qui est absolument grotesque. Le dernier problème avec « Le Chien » est qu’elle est tout simplement mal écrit. Le vocabulaire est pauvre. Les dialogues sont boiteux tandis que les monologues sont trop longs. Dalpé choque beaucoup mais il ne surprend jamais.

  2. 4 out of 5

    Anda

    "Y'en a pas de paix à faire avec lui. Tu fais pas la paix avec un ours blessé. Tu fais rien que t'en tenir loin jusqu'à temps qu'y crève." "Y'en a pas de paix à faire avec lui. Tu fais pas la paix avec un ours blessé. Tu fais rien que t'en tenir loin jusqu'à temps qu'y crève."

  3. 5 out of 5

    Sarah

  4. 5 out of 5

    Michaela Schweitzer

  5. 5 out of 5

    Geneviève

  6. 4 out of 5

    Esther

  7. 4 out of 5

    Cat

  8. 4 out of 5

    med

  9. 5 out of 5

    Emily

  10. 5 out of 5

    Luke Zhou

  11. 4 out of 5

    maddy Coats

  12. 4 out of 5

    Liam

  13. 4 out of 5

    Marilyne

  14. 4 out of 5

    PauOnTheClouds

  15. 4 out of 5

    Alice Côté Dupuis

  16. 4 out of 5

    Rebecca

  17. 5 out of 5

    Eve Desjardins

  18. 4 out of 5

    Aisha

  19. 4 out of 5

    Johanne

  20. 5 out of 5

    Marilyn Claire

  21. 4 out of 5

    Jasmine Mainville

  22. 5 out of 5

    Michelle Wilcox

  23. 4 out of 5

    Maryse

  24. 5 out of 5

    Myriam

  25. 5 out of 5

    Jeanne Simoneau

  26. 4 out of 5

    Victoria Trépanier

  27. 5 out of 5

    Geneviève

  28. 4 out of 5

    Jasmine

  29. 5 out of 5

    Jacqueline Wright

  30. 5 out of 5

    Joannie Gagnon

Add a review

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Loading...
We use cookies to give you the best online experience. By using our website you agree to our use of cookies in accordance with our cookie policy.