counter create hit The Education of a Christian Woman: A Sixteenth-Century Manual - Download Free eBook
Ads Banner
Hot Best Seller

The Education of a Christian Woman: A Sixteenth-Century Manual

Availability: Ready to download

"From meetings and conversation with men, love affairs arise. In the midst of pleasures, banquets, dances, laughter, and self-indulgence, Venus and her son Cupid reign supreme. . . . Poor young girl, if you emerge from these encounters a captive prey! How much better it would have been to remain at home or to have broken a leg of the body rather than of the mind!" So wrote "From meetings and conversation with men, love affairs arise. In the midst of pleasures, banquets, dances, laughter, and self-indulgence, Venus and her son Cupid reign supreme. . . . Poor young girl, if you emerge from these encounters a captive prey! How much better it would have been to remain at home or to have broken a leg of the body rather than of the mind!" So wrote the sixteenth-century Spanish humanist Juan Luis Vives in a famous work dedicated to Henry VIII's daughter, Princess Mary, but intended for a wider audience interested in the education of women. Praised by Erasmus and Thomas More, Vives advocated education for all women, regardless of social class and ability. From childhood through adolescence to marriage and widowhood, this manual offers practical advice as well as philosophical meditation and was recognized soon after publication in 1524 as the most authoritative pronouncement on the universal education of women. Arguing that women were intellectually equal if not superior to men, Vives stressed intellectual companionship in marriage over procreation, and moved beyond the private sphere to show how women's progress was essential for the good of society and state.


Compare
Ads Banner

"From meetings and conversation with men, love affairs arise. In the midst of pleasures, banquets, dances, laughter, and self-indulgence, Venus and her son Cupid reign supreme. . . . Poor young girl, if you emerge from these encounters a captive prey! How much better it would have been to remain at home or to have broken a leg of the body rather than of the mind!" So wrote "From meetings and conversation with men, love affairs arise. In the midst of pleasures, banquets, dances, laughter, and self-indulgence, Venus and her son Cupid reign supreme. . . . Poor young girl, if you emerge from these encounters a captive prey! How much better it would have been to remain at home or to have broken a leg of the body rather than of the mind!" So wrote the sixteenth-century Spanish humanist Juan Luis Vives in a famous work dedicated to Henry VIII's daughter, Princess Mary, but intended for a wider audience interested in the education of women. Praised by Erasmus and Thomas More, Vives advocated education for all women, regardless of social class and ability. From childhood through adolescence to marriage and widowhood, this manual offers practical advice as well as philosophical meditation and was recognized soon after publication in 1524 as the most authoritative pronouncement on the universal education of women. Arguing that women were intellectually equal if not superior to men, Vives stressed intellectual companionship in marriage over procreation, and moved beyond the private sphere to show how women's progress was essential for the good of society and state.

51 review for The Education of a Christian Woman: A Sixteenth-Century Manual

  1. 4 out of 5

    Yann

    Juan Luis Vives est né à Valence en Espagne en 1492, année importante entre toutes pour la péninsule Ibérique, dans une famille de juifs convertis au christianisme. Après des études à Valence, il part de 16 à 20 ans à Paris pour étudier à la Sorbonne où il rencontre Guillaume Budé, mais la nullité de l'enseignement et des étudiants, plus portés aux beuveries qu'aux études achèvent de le faire fuir vers les Flandres où il rencontre Erasme. Il a 30 ans lorsqu'il dédit le présent livre à la reine C Juan Luis Vives est né à Valence en Espagne en 1492, année importante entre toutes pour la péninsule Ibérique, dans une famille de juifs convertis au christianisme. Après des études à Valence, il part de 16 à 20 ans à Paris pour étudier à la Sorbonne où il rencontre Guillaume Budé, mais la nullité de l'enseignement et des étudiants, plus portés aux beuveries qu'aux études achèvent de le faire fuir vers les Flandres où il rencontre Erasme. Il a 30 ans lorsqu'il dédit le présent livre à la reine Catherine d'Aragon, ce qui lui vaut d'être invité par son mari Henry VIII en Angleterre, et il devient rapidement professeur à l'université d'Oxford, où il sera proche de Thomas More et de Wolsey. Ce traité se veut un manuel pratique d'éducation visant à édifier les femmes, et se découpe suivant les différents âges de la vie. Autant le dire tout de suite, nous sommes au XVIème siècle, et il ne s'agit pas de renverser les mœurs établies, lesquelles posaient alors par principe que la femme est par nature plus fragile et sensible que l'homme, qu'elle ne peut vivre indépendante et libre sans la tutelle d'un homme, et qu'elle doit absolument rester vierge pour espérer être mariée. Aussi, tous les conseils prodigués dans ce traités ne sauraient être appliqués aujourd'hui, car ces préjugés ne sont plus les nôtres, non plus que nos lois, nos mœurs et notre éducation. Il n'empêche que même sans les remettre en cause, Vivés ne tient pas pour autant les femmes pour quantité négligeable; il se pose comme un vigoureux défenseur de leur cause: il faut qu'elles puissent trouver le bonheur sur cette terre en dépit de la place subalterne que la société leur assigne. Le point le plus crucial dans la jeunesse, on l'aura compris tant il insiste lourdement sur ce point, c'est de veiller à la pureté de la jeune fille, à lui garder une bonne réputation. Rien n'est épargné, pas même les moyens les plus extrêmes : l'empêcher de sortir sans être accompagné, de parler à autrui, de jouer avec des camarades de son âge, de la laisser seule même avec des proches, de lui laisser entre les mains des livres lascifs et voluptueux comme des romans de chevalerie, de danser, de boire, d'aller à des fêtes, d'échanger des cadeaux. Le seul homme qui pourra l'épouser devra faire une cour assidue, puis une demande en mariage en bonne et due forme en la présence de la jeune fille et de ses parents. Il ne s'agit pas simplement de préceptes sacrés: c'est que les enlèvements, rapts, séductions peuvent extrêmement mal tourner si celui qui l'a corrompu l'abandonne soudain à la misère et à l'exclusion. Pour parer à ce danger Vivés n'hésite donc pas à employer les images les plus fortes, à brosser les tableaux les plus affreux, mais hélas surement réalistes pour cette époque. En dehors de ça, les préceptes d'éducation que propose Vivés visent à inspirer à la femme une conscience aigue de sa valeur et de sa vertu. L'instruction ne doit pas être négligée; loin d'être un risque, c'est au contraire un soutien de la vertu. Comme elle a profité aux hommes, pourquoi ne profiterait-elle pas aussi aux femmes? C'est un rempart contre l'ignorance qui engendre la superstition, ennemie de la religion, c'est un profit pour les enfants qui bénéficieront de ses lumières, c'est une source de joie d'inspirer de l'estime plutôt que du mépris. Son style est très proche de celui de Plutarque. Plutôt que des principes assénés de manière autoritaire et aveugle, c'est l'intelligence et le cœur qui sont convoqués. Ainsi il emploie beaucoup d'exemples concrets pour illustrer les risques et dommages qui suivent les conduites vicieuses, pour louer la conduite exemplaires des femmes vertueuses de l'Antiquité, qu'elles soient Romaines, Grecques, Juives ou Chrétiennes. Mais tout conseil est tempéré par un frein: on ne doit pas par excès tomber d'un extrême à l'autre: par exemple confondre sobriété et avarice, ou libéralité et prodigalité. Il multiplie les images ingénieuses, et ne néglige pas ses souvenirs personnels, évoquant de manière touchante l'amour que lui inspire le souvenir de l'éducation sévère mais aimante que lui a prodigué sa mère. Son langage respire la franchise et l'honnêteté: il ne déguise pas les épreuves et les souffrances de la maternité. Il console celles qui restent stérile. Il prodigue des conseils pour adoucir les difficultés qui peuvent surgir lors de la vie de couple, les relations avec la belle-mère, et bien d'autres mises en gardes utiles. J'ai énormément aimé ce livre plein de forte vertu et de bon sens, pour peu qu'on écarte ce qui est périmé: il vise au bonheur sur cette terre et au progrès des mœurs. Le livre a connu immédiatement un succès considérable qui a même beaucoup surpris l'auteur, mais qui ne m'étonne pas, au point qu'on lui a réclamé à cor et à cri d'en rédiger un autre qui soit lui dédié aux hommes, et qu'il a intitulé les devoirs du mari.

  2. 4 out of 5

    Sophia Nuñez

  3. 5 out of 5

    Bob Cat

  4. 5 out of 5

    Carlyflorine

  5. 5 out of 5

    Sophie

  6. 5 out of 5

    Jason A. Rogers

  7. 5 out of 5

    Marinovski

  8. 4 out of 5

    Linnea

  9. 4 out of 5

    Rachel Ninnette

  10. 4 out of 5

    Amy

  11. 4 out of 5

    Mia

  12. 4 out of 5

    John Hennessy

  13. 4 out of 5

    Jen Yates

  14. 5 out of 5

    Megan Krom

  15. 5 out of 5

    Vawn

  16. 4 out of 5

    Dianna

  17. 4 out of 5

    Whitney

  18. 4 out of 5

    Marion

  19. 4 out of 5

    abigail meurk

  20. 5 out of 5

    Ashan

  21. 5 out of 5

    Maryann

  22. 5 out of 5

    Chris

  23. 4 out of 5

    Caitlin hardy

  24. 5 out of 5

    Scarlett

  25. 5 out of 5

    Janice E

  26. 4 out of 5

    Jessica

  27. 4 out of 5

    Iranica

  28. 5 out of 5

    Patricia

  29. 4 out of 5

    Holly Browning

  30. 5 out of 5

    Jenna

  31. 5 out of 5

    Mylynka

  32. 5 out of 5

    Neverdust

  33. 5 out of 5

    Courtney

  34. 5 out of 5

    Cecilia

  35. 4 out of 5

    Katherine

  36. 5 out of 5

    Selim

  37. 4 out of 5

    Kat

  38. 4 out of 5

    Courtney Kane

  39. 5 out of 5

    RachelvlehcaR

  40. 5 out of 5

    Tessie

  41. 4 out of 5

    Reza

  42. 5 out of 5

    Alicia Madgwick

  43. 5 out of 5

    Allyson

  44. 5 out of 5

    Georgia Delaney

  45. 4 out of 5

    Emelie Heidling

  46. 5 out of 5

    Louis

  47. 5 out of 5

    Renan Virginio

  48. 4 out of 5

    Raven

  49. 5 out of 5

    Breann Barnett

  50. 4 out of 5

    Knut Henriksen

  51. 5 out of 5

    Eddy Galle

Add a review

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Loading...
We use cookies to give you the best online experience. By using our website you agree to our use of cookies in accordance with our cookie policy.