counter create hit Dining with the Dictator - Download Free eBook
Ads Banner
Hot Best Seller

Dining with the Dictator

Availability: Ready to download

1968. Devenu adolescent, Vieux Os quitte le monde de sa grand-mère à Petit-Goâve pour se réfugier chez sa mère, dans une petite maison de Port-au-Prince. François Duvalier est au pouvoir, les tontons macoutes rôdent tels des requins dans les rues de cette ville-aquarium. L’asphalte ramolli par la chaleur, le temps immobile, les odeurs enivrantes, la sensualité prégnante, l 1968. Devenu adolescent, Vieux Os quitte le monde de sa grand-mère à Petit-Goâve pour se réfugier chez sa mère, dans une petite maison de Port-au-Prince. François Duvalier est au pouvoir, les tontons macoutes rôdent tels des requins dans les rues de cette ville-aquarium. L’asphalte ramolli par la chaleur, le temps immobile, les odeurs enivrantes, la sensualité prégnante, le désir tout-puissant. Mais le danger n’est pas que dans la ville, il vient aussi de l’autre côté de la rue, du côté des jeunes filles. Après un incident tragique impliquant un tonton macoute, le jeune adolescent se réfugie chez Miki, en face, où il demeurera caché durant quelques jours. Pourra-t-il résister longtemps au chant lancinant des sirènes, à l’appel du désir ? Avec cette nouvelle version du Goût des jeunes filles, Dany Laferrière poursuit son projet de retourner sur ses traces, de rectifier le tir. « J’ai voulu donner plus d’épaisseur aux personnages, mieux camper les décors et faire sentir la déliquescence du pays. Sans briser le rythme, en respectant l’urgence de l’écriture. »


Compare
Ads Banner

1968. Devenu adolescent, Vieux Os quitte le monde de sa grand-mère à Petit-Goâve pour se réfugier chez sa mère, dans une petite maison de Port-au-Prince. François Duvalier est au pouvoir, les tontons macoutes rôdent tels des requins dans les rues de cette ville-aquarium. L’asphalte ramolli par la chaleur, le temps immobile, les odeurs enivrantes, la sensualité prégnante, l 1968. Devenu adolescent, Vieux Os quitte le monde de sa grand-mère à Petit-Goâve pour se réfugier chez sa mère, dans une petite maison de Port-au-Prince. François Duvalier est au pouvoir, les tontons macoutes rôdent tels des requins dans les rues de cette ville-aquarium. L’asphalte ramolli par la chaleur, le temps immobile, les odeurs enivrantes, la sensualité prégnante, le désir tout-puissant. Mais le danger n’est pas que dans la ville, il vient aussi de l’autre côté de la rue, du côté des jeunes filles. Après un incident tragique impliquant un tonton macoute, le jeune adolescent se réfugie chez Miki, en face, où il demeurera caché durant quelques jours. Pourra-t-il résister longtemps au chant lancinant des sirènes, à l’appel du désir ? Avec cette nouvelle version du Goût des jeunes filles, Dany Laferrière poursuit son projet de retourner sur ses traces, de rectifier le tir. « J’ai voulu donner plus d’épaisseur aux personnages, mieux camper les décors et faire sentir la déliquescence du pays. Sans briser le rythme, en respectant l’urgence de l’écriture. »

30 review for Dining with the Dictator

  1. 5 out of 5

    Catherine Sanon

    Extract: Les hommes c'est comme du savon,plus on se frotte contre eux,moins il en reste!

  2. 5 out of 5

    Damien Travel

    In « Dining with the Dictator » (don’t ask me how and why this is the translation of the original French title « Le goût des jeunes filles »), Dany Laferrière remembers when he was fifteen and the week-end during which he took refuge in an apartment across the street from his home as he thought he was pursued by a Tonton Macoute. The flat serves as headquarters for a group of young girls a few years older than him. Pasqualine, Marie-Michèle, Miki, Choupette and the others come from all strata in In « Dining with the Dictator » (don’t ask me how and why this is the translation of the original French title « Le goût des jeunes filles »), Dany Laferrière remembers when he was fifteen and the week-end during which he took refuge in an apartment across the street from his home as he thought he was pursued by a Tonton Macoute. The flat serves as headquarters for a group of young girls a few years older than him. Pasqualine, Marie-Michèle, Miki, Choupette and the others come from all strata in the Haitian society, from the slums to the very exclusive bourgeoisie in Pétionville. While in the flat, they never stop quarrelling, but at night, they unite to tour the bars and the clubs in the city and have the men – respectable married men or young gangsters – dancing to their tune. The young boy observes with astonishment this carousel not knowing whether the girls are to be envied or pitied. Until he himself is invited to taste and enjoy the charms of one of them. http://www.travelreadings.org/2017/07...

  3. 4 out of 5

    Bill&Ted

    C'est très différent que les autres romans j'ai lu de Laferrière. C'est dificile pour le debutant de français. Pays sans chapeau et L'odeur du café a été facile et drôle comme les romans de V.S. Naipaul. Ce roman est compliqué et brutal parfois. Normalment un roman comme ce gagnerais un prix. Je suis surpris il n'a pas gagner un prix comme L'odeur du cafe car ce roman est politique et aussi ce semble comme Laferrière a écrit ce pour Canada et non Haiti. J'ai mal de ce livre, et je perdu quelque m C'est très différent que les autres romans j'ai lu de Laferrière. C'est dificile pour le debutant de français. Pays sans chapeau et L'odeur du café a été facile et drôle comme les romans de V.S. Naipaul. Ce roman est compliqué et brutal parfois. Normalment un roman comme ce gagnerais un prix. Je suis surpris il n'a pas gagner un prix comme L'odeur du cafe car ce roman est politique et aussi ce semble comme Laferrière a écrit ce pour Canada et non Haiti. J'ai mal de ce livre, et je perdu quelque moment de intrigue car j'ai appris le langue français vraiment depuis quatre mois. Devant ce mois, je lire quelque essai en français, mais ce est vraiment le onze roman que j'ai lu. Probablement, si je comprends meilleure, je penserais ce roman est meilleure. Ce dificile m'a juge.

  4. 5 out of 5

    Lucie

    Dany Lafferrière nous livre un souvenir d'adolescence vécu en Haïti sous le régime autoritaire de Duvalier, un avant-goût de la violence qui l'a forcé à s'exiler quelques années plus tard mêlé des apprentissages d'un garçon de Port-au-Prince.

  5. 5 out of 5

    Electra

    Une découverte que cet auteur haïtien dont je croise sans cesse l’ombre dans les émissions littéraires.

  6. 5 out of 5

    Fatou

    Danny Laferrière remains my favourite writer.

  7. 5 out of 5

    Yavor Petkov

    Lire ma revue ici: http://chapcreation.blogspot.bg/2017/... Lire ma revue ici: http://chapcreation.blogspot.bg/2017/...

  8. 4 out of 5

    Ivan Labayne

    First, it feels so fresh to be reading something not american (or british)- and Laferriere at least does not disappoint. With this light novel told in a quirky character's first-person voice and stuffed with opulent dialogues from Haitian teenagers who do not alienate their age category and aunts and a mother with diverse traits, Laferriere has shown a slice of the Haitian pie in a colorful manner. However, just like most contemporary novels that supposedly betoken their settings by the mere act First, it feels so fresh to be reading something not american (or british)- and Laferriere at least does not disappoint. With this light novel told in a quirky character's first-person voice and stuffed with opulent dialogues from Haitian teenagers who do not alienate their age category and aunts and a mother with diverse traits, Laferriere has shown a slice of the Haitian pie in a colorful manner. However, just like most contemporary novels that supposedly betoken their settings by the mere act of situating their stories in these places, Dining with the Dictator failed to expound on the political climate in Haiti under Francois Duvalier. Nonetheless, Laferrire gives voice to a threatened adolescent from a rarely explored territory and how he carved a niche of familiarity and insight in the otherwise unruly and immature house of his friend Miki. Contrasting youthful exuberance and playfulness with the supposed sobriety and perhaps surprising anxieties of adults (as embodied by the protagonist's mother and aunts), Laferriere entertains in his attempt to microscope ordinary livings in Haiti. Laferriere's voice, despite its briskness, is not exactly unfathomably blazing. He lets readers gasp and gobble the words before turning the page. And he unmasks his characters with what he makes them say, and here, he unsparingly filled them with words that would allow readers to connect to them -- whether with our repulse or pathos, or our objections and our own realizations.

  9. 5 out of 5

    Rachel Baker

    Pas mon préféré de Laferrière. Il donne la parole aux filles/jeunes femmes et leurs voix me paraissent moins authentiques que celles des mères dans L'odeur du café. J'ai lu la version qui a été augmentée du journal de Marie-Michèle alors je me demande comment elle compare avec la première version. Cela dit, la construction est super intéressante. Le discours féminin n'est pas en avant scène, mais se trouve entre les lignes. Les filles semblent à la fois hyper-féministes et objets pour le plaisir Pas mon préféré de Laferrière. Il donne la parole aux filles/jeunes femmes et leurs voix me paraissent moins authentiques que celles des mères dans L'odeur du café. J'ai lu la version qui a été augmentée du journal de Marie-Michèle alors je me demande comment elle compare avec la première version. Cela dit, la construction est super intéressante. Le discours féminin n'est pas en avant scène, mais se trouve entre les lignes. Les filles semblent à la fois hyper-féministes et objets pour le plaisir des hommes. Les relations sont en fait des jeux de pouvoir qui perdent de plus en plus des sentiments. Regardées de proche, les filles assument des caractéristiques plutôt masculines pour pouvoir survivre dans la jungle urbain. Le roman mérite plusieurs lectures, et je me doute que je fasse une étude approfondie dans une dissertation pour mon programme universitaire.

  10. 5 out of 5

    Lana.

    2.5 The coming of age weekend remembered by a good boy growing up in 1970s Haiti. The dedication reads "...only women have counted for me," and it is apparent throughout the book: the sassy and powerful young women he spies from across the street steal each scene and dominate his waking and sleeping dreams, while the women of his family (mother, various aunts) provide pathos and comedy. I could have had more of the later. Overall, the urgency and confusion of adolescence was well portrayed and c 2.5 The coming of age weekend remembered by a good boy growing up in 1970s Haiti. The dedication reads "...only women have counted for me," and it is apparent throughout the book: the sassy and powerful young women he spies from across the street steal each scene and dominate his waking and sleeping dreams, while the women of his family (mother, various aunts) provide pathos and comedy. I could have had more of the later. Overall, the urgency and confusion of adolescence was well portrayed and communicated, but not really my cup of tea.

  11. 5 out of 5

    Mathildewind

    chronique d'une d'une époque et d'un pays (Haiti) que l'on connaît peu/mal. frais. jeune. prenant. cynique. drôle. précis. le regard d'un adolescent posé sur les corps, les gestes, les mots de ces jeunes filles sûres d'elles, de ces lionnes qui mènent les hommes à la baguette. un regard juste mais respectueux, admirateur. des filles fortes, sans gêne, à l'aise (ou qui paraissent l'être) et préfèrent écraser plutôt que se faire écraser. une bombe littéraire. décidément ce Danny...

  12. 5 out of 5

    Catherine Letendre

    Mon 2e livre de Laferrière après "Comment faire l'amour à un nègre sans se fatiguer". Que de soulagement! Malgré que le premier ne m'ait ni plu ni même touché, celui-ci m'a fait rire et surtout m'a donné un portrait de la vie au jour le jour à Haïti sous les Duvalier. Touchant, drôle, bien écrit abec ses divers narrateurs, je commence à entrevoir ce qui plaît tant chez Dany Laferrière.

  13. 5 out of 5

    Laurence

  14. 5 out of 5

    Colin McKell-Redwood

  15. 4 out of 5

    Asuna

  16. 5 out of 5

    Vanessa Forest

  17. 5 out of 5

    Thomas

  18. 5 out of 5

    Marie-Helene

  19. 4 out of 5

    Qilo

  20. 4 out of 5

    IBIS MENENDEZ

  21. 4 out of 5

    leslie nikole

  22. 4 out of 5

    Kara Angèle

  23. 4 out of 5

    Frankie

  24. 5 out of 5

    Laurent Tremblay

  25. 4 out of 5

    Marie

  26. 5 out of 5

    Laurie-Ann Gaudreault

  27. 4 out of 5

    Émilie

  28. 4 out of 5

    Laurence Provencher

  29. 5 out of 5

    Julie

  30. 5 out of 5

    Hélène’s Universe

Add a review

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Loading...
We use cookies to give you the best online experience. By using our website you agree to our use of cookies in accordance with our cookie policy.