counter create hit Le Sentiment du fer - Download Free eBook
Ads Banner
Hot Best Seller

Le Sentiment du fer

Availability: Ready to download

Retour au Vieux Royaume ! « J’ai quand même un ragot à vous servir, et du lourd ! Figurez-vous que ce n’est point avec moi que les elfes ont commencé à grenouiller dans les affaires de l’État. Bien loin de là ! Il y a deux bons siècles, déjà, au moment de l’Émancipation de Ciudalia, ils nous ont joué un tour à leur façon. Et les marles en tâtent tellement pour la barabille Retour au Vieux Royaume ! « J’ai quand même un ragot à vous servir, et du lourd ! Figurez-vous que ce n’est point avec moi que les elfes ont commencé à grenouiller dans les affaires de l’État. Bien loin de là ! Il y a deux bons siècles, déjà, au moment de l’Émancipation de Ciudalia, ils nous ont joué un tour à leur façon. Et les marles en tâtent tellement pour la barabille que l’un d’entre eux, sans même pointer son joli minois dans notre belle cité, nous a tous jetés dans une sacrée flanche ! Jugez-en par vous-même. » En cinq nouvelles comme autant d’étapes dans l’histoire cruelle et tumultueuse du Vieux Royaume, le monde créé par Jean-Philippe Jaworski dans Janua Vera et Gagner la guerre — déjà des classiques de la fantasy. Table : - Le Sentiment du fer - L'Elfe et les Égorgeurs - Profanation - Désolation - La Troisième Hypostase


Compare
Ads Banner

Retour au Vieux Royaume ! « J’ai quand même un ragot à vous servir, et du lourd ! Figurez-vous que ce n’est point avec moi que les elfes ont commencé à grenouiller dans les affaires de l’État. Bien loin de là ! Il y a deux bons siècles, déjà, au moment de l’Émancipation de Ciudalia, ils nous ont joué un tour à leur façon. Et les marles en tâtent tellement pour la barabille Retour au Vieux Royaume ! « J’ai quand même un ragot à vous servir, et du lourd ! Figurez-vous que ce n’est point avec moi que les elfes ont commencé à grenouiller dans les affaires de l’État. Bien loin de là ! Il y a deux bons siècles, déjà, au moment de l’Émancipation de Ciudalia, ils nous ont joué un tour à leur façon. Et les marles en tâtent tellement pour la barabille que l’un d’entre eux, sans même pointer son joli minois dans notre belle cité, nous a tous jetés dans une sacrée flanche ! Jugez-en par vous-même. » En cinq nouvelles comme autant d’étapes dans l’histoire cruelle et tumultueuse du Vieux Royaume, le monde créé par Jean-Philippe Jaworski dans Janua Vera et Gagner la guerre — déjà des classiques de la fantasy. Table : - Le Sentiment du fer - L'Elfe et les Égorgeurs - Profanation - Désolation - La Troisième Hypostase

30 review for Le Sentiment du fer

  1. 5 out of 5

    Nicolas

    Dans ce recueil, l'auteur part de Ciudalia (la ville déja évoquée par l'auteur) pour faire un vaste tour autour de la guerre qui déchire le royaume de Léomance. On n'ira jamais jusqu'au front, mais la rumeur de la bataille vient toujours donner un fond d'agitation à ces différents récits. Mais d'abord, qu'avons-nous là ? Le Sentiment du Fer Une chouette histoire d'assassin monte en l'air à la conclusion originale. L'elfe et les égorgeurs Une histoire qui m'a fait penser à certains passages du fameux Dans ce recueil, l'auteur part de Ciudalia (la ville déja évoquée par l'auteur) pour faire un vaste tour autour de la guerre qui déchire le royaume de Léomance. On n'ira jamais jusqu'au front, mais la rumeur de la bataille vient toujours donner un fond d'agitation à ces différents récits. Mais d'abord, qu'avons-nous là ? Le Sentiment du Fer Une chouette histoire d'assassin monte en l'air à la conclusion originale. L'elfe et les égorgeurs Une histoire qui m'a fait penser à certains passages du fameux film de Verhoeven La Chair et le Sang. Profanation Le procès d'un potentiel détrousseur de cadavres réserve son lot de surprises Désolation Des nains ! Un dragon ! Des grottes ! Et des surprises La troisième hypostase Une enchanteresse affronte à l'orée du royaume des elfes un ennemi Conclusion Les nouvelles ne sont pas mauvaises en soi. Mais l'auteur joue avec trop de vocabulaire potentiellement inventé pour que j'ai été à l'aise lors de la lecture. Par ailleurs, si les scénarios sont intéressants, et donnent ensemble un bel aperçu de la guerre, il y a une forme de simplicité, de typicité, voire même de cliché, que j'ai trouvé un peu gênant. C'est très bien fait, hein. Mais c'est peut-être un peu convenu.

  2. 4 out of 5

    David K. Nouvel

    Un petit recueil de cinq nouvelles explorant le passé du Vieux Royaume, publiées directement dans la collection de poche Hélios. On retrouve le style précis et, dans certaines nouvelles, le goût pour l'argot de l'auteur. Les descriptions sont nombreuses et touffues.Le lecteur est en droit de soupçonner à certaines occasions une complaisance ou du remplissage tant ça traîne en longueur. Les écrits de M. Jaworski gagneraient à être plus directs. La quantité dilue parfois la qualité de ses producti Un petit recueil de cinq nouvelles explorant le passé du Vieux Royaume, publiées directement dans la collection de poche Hélios. On retrouve le style précis et, dans certaines nouvelles, le goût pour l'argot de l'auteur. Les descriptions sont nombreuses et touffues.Le lecteur est en droit de soupçonner à certaines occasions une complaisance ou du remplissage tant ça traîne en longueur. Les écrits de M. Jaworski gagneraient à être plus directs. La quantité dilue parfois la qualité de ses productions. Je n'ai pas pu terminer la nouvelle "Désolation" et j'ai trouvé "La troisième hypostase" un peu trop obscure et ésotérique (franc-maçonnique?) pour être pleinement appréciable. Ce qui est très dommage car elle touchait à des thématiques qui me sont chères. A noter que toutes deux (avec "le Sentiment du fer") sont issues d'anciennes anthologies du Festival des Imaginales, publiées chez Mnémos. "L'elfe et les égorgeurs" est un charmant interlude malgré le jeu autour du "repentir", ennuyeux et peu vraisemblable en contexte. La nouvelle éponyme du recueil est certainement la plus réjouissante, malgré des longueurs, avec un personnage principal rappelant Benvenuto Gesufal. Sa chute était, pour ceux qui connaissent les thèmes de l'auteur, attendue, sans être pour autant maladroite. "Profanation" est un conte noir, glaçant par certaines descriptions. Ces deux nouvelles sont, à mes yeux, les plus réussies. L'ensemble est toujours bien écrit (c'est ce qui fait la force de M. Jaworski) mais l'intérêt de lire ce petit ouvrage, loin d'être incontournable, se justifie par la nostalgie des amateurs de Janua Vera et de Gagner la guerre (parmi lesquels je me compte). Par ailleurs, le prix du livre (7,90€) encouragera le lecteur à se laisser tenter par cette petite balade dans le Vieux Royaume.

  3. 4 out of 5

    Olga

    Des trois livres dont l'action se déroule dans le Vieux Royaume, ce n'est pas celui par lequel il faudrait entamer le voyage dans ce monde. Même si les nouvelles sont, de fait, bien mieux liées entre elles que celles de Janua Vera, je les ai trouvées un peu moins accessibles et explicites. Il vaut mieux avoir lu "Gagner la guerre" pour comprendre la trame du fond, car il s'agit d'une parure pour des événements "majeurs" évoqués dans le roman. Là où "Janua Vera" était un voyage à travers le Vieux Des trois livres dont l'action se déroule dans le Vieux Royaume, ce n'est pas celui par lequel il faudrait entamer le voyage dans ce monde. Même si les nouvelles sont, de fait, bien mieux liées entre elles que celles de Janua Vera, je les ai trouvées un peu moins accessibles et explicites. Il vaut mieux avoir lu "Gagner la guerre" pour comprendre la trame du fond, car il s'agit d'une parure pour des événements "majeurs" évoqués dans le roman. Là où "Janua Vera" était un voyage à travers le Vieux Royaume offrant au lecteur autant de tableaux indépendants, "le Sentiment du fer" est plutôt la seconde couche d'une fresque, et sert davantage à approfondir le regard du lecteur, que de lui offrir des "nouvelles histoires". Lecteurs non-avertis, s'abstenir donc; pour les autres, ce recueil sera une bonne lecture qui rajoutera quelques pièces manquantes à la mosaïque relatée dans les précédents "Récits du Vieux Royaume". On n'est pas déçu par la qualité des textes, même si la sélection reste cette fois-ci dans des tons sombres et pesants, plutôt dépourvue des passages coquins d'un Don Benvenuto ou d'essais de style d'un "Jour de Guigne".

  4. 5 out of 5

    Rodrigue

    Jaworski ouvre une fois encore les portes du Vieux Royaume dans un recueil de nouvelles qui ravira ses ouailles. Avec une verve sans pareille, J.-PH. Jaworski comble certaines ornières historiques du Vieux Royaume; couchant sur papier des pans d'aventure haletants entremêlés de descriptions vives et imagées. Cela étant dit, si vous ne connaissez pas l'univers de cet auteur, commencez donc par Gagner la Guerre, avant de partir sur Janua Vera suivi du Sentiment du Fer, vous ne serez pas déçu.e.s!

  5. 4 out of 5

    Sabine

    Cela fait un moment que j’entends parler de J-P Jaworski que se soit dans ma famille, mes amis, mes anciens collègues, de parfaits inconnus dans le métro dont j’espionnais la conversation, mais je digresse ! Bref, on m’en parlait en bien, voire en TRÈS bien. Allez savoir pourquoi (une histoire de moutons peut-être ?), je n’étais pas très enthousiaste à l’idée de m’engager sur son cycle à rallonge des Rois du Monde. Alors qu’un recueil, ça ne mange pas de pain et ça se lit très bien ! À la lecture Cela fait un moment que j’entends parler de J-P Jaworski que se soit dans ma famille, mes amis, mes anciens collègues, de parfaits inconnus dans le métro dont j’espionnais la conversation, mais je digresse ! Bref, on m’en parlait en bien, voire en TRÈS bien. Allez savoir pourquoi (une histoire de moutons peut-être ?), je n’étais pas très enthousiaste à l’idée de m’engager sur son cycle à rallonge des Rois du Monde. Alors qu’un recueil, ça ne mange pas de pain et ça se lit très bien ! À la lecture de ces 5 nouvelles, je comprends mieux l’engouement autour de cet auteur. Il a une très belle plume qu’il sait parfaitement manier. Ses textes sont recherchés, chaque phrase écrite avec une maniaquerie d’horloger suisse. C’est très beau, c’est documenté et ça sonne bien. J’avoue que lire des dialogues en rimes est assez jouissif. Mais c’est un plaisir dont je n’abuserai pas. Toute ces envolées lyriques, ces adjectifs à foison, ces descriptions touffues font un repas beaucoup trop riche pour moi. La première bouchée surprend, les deux suivantes sont absolument délicieuses, mais très vite je me suis retrouvée à saturation. Donc, je pense continuer à goûter aux écrits de ce monsieur via ses nouvelles, s’il nous fait le plaisir d’en écrire d’autres bien sûr (j’aurai toujours Janua Vera à me mettre sous la dent en attendant). Parlons-en de ces nouvelles. Elles se déroulent toutes dans le Vieux Royaume, un univers médiéval imaginaire avec un goût de renaissance italienne et/ou de République romaine… je ne sais pas trop en fait ( le même que Gagner la guerre et Janua Vera, de ce que j’ai compris). Dans la première, Le sentiment de fer, on suit un assassin engagé pour s’introduire dans un palais afin d’en subtiliser un objet plutôt inhabituel. J’ai sincèrement eu le sentiment de regarder une partie d’Assassin’s Creed. Cette sensation était suffisamment drôle et l’histoire était tellement décalée de mes lectures habituelles que cela a suffi à me garder jusqu’à la fin. L’Elfe et les Égorgeurs et Profanation par contre, j’ai de suite adoré. La première raconte la mauvaise rencontre entre un jeune troubadour elfe et des pilleurs dans ce qui reste d’un champ de bataille. Dans la deuxième que j’ai particulièrement appréciée, on suit le procès d’un « chiffonnier » accusé de dépouiller les morts. La mauvaise foi du personnage était un pur plaisir à lire. Et puis il y a Désolation, cet hommage de Jaworski à Tolkien où l’on suit une troupe de nains à travers le domaine d’un dragon endormi. J’avais lu les mises en garde de l’Ours Inculte avec lequel je suis souvent d’accord… mais pas cette fois-ci (désolée ours ;), coeur sur toi). J’ai énormément aimé cette nouvelle : les décors grandioses, l’ombre du dragon qui plane tout le long du récit, les personnages et cette fin… Au point de me faire la réflexion que le Seigneur des Anneaux à la sauce Jaworski, ça me plairait beaucoup. Je passerai sur la dernière nouvelle, La Troisième Hypostase, qui ne m’a pas du tout touché. Je la relirai peut-être dans un autre contexte, à tête reposée. Je ressors donc de ce recueil et de cette première expérience « Jaworski » conquise par la plume de l’auteur. Comme je l’ai dit, je n’irai pas du côté des Rois du Monde mais un Janua Vera ou même, soyons folle, un Gagner la guerre pourquoi pas ! (… ils sont dispo en poche ces deux-là?)

  6. 5 out of 5

    Sherley

    Je retrouve avec plaisir la plume de Jaworski dans ces nouvelles qui sont dans l'univers du Vieux Royaume et dans lesquelles on retrouve en partie des personnages rencontrés dans Gagner la Guerre. Mes préférées : Le Sentiment Du Fer où on retrouve Ciudalia et ses intrigues politiques et Désolation, qui résonne d'une influence de Tolkien très plaisante, avec une fin cruelle.

  7. 4 out of 5

    Michèle

    Un ouvrage finement ciselé bourré de poésie et d'humour malgré les situations cruelles qui surviennent. C'est quand même un monde moyen-âgeux fictif plein de guerres, là. On lit Jean-Philippe Jaworski pour le riche vocabulaire de la narration et le dépaysement.

  8. 4 out of 5

    Lilith

    Le Sentiment du fer se situe dans l’univers du Vieux Royaume de Jean-Philippe Jaworski. Il s'agit d'un recueil de cinq nouvelles de fantasy particulièrement solide, qui ravira autant les amateurs du Vieux Royaume que les non-initiés. L’écriture de Jaworski, comme toujours, vaut le détour et, oserais-je le dire, je pense avoir encore plus aimé ce recueil que Janua Vera. Par ailleurs, gros coup de coeur pour la nouvelle "Désolation". Review complète sur lilitherature.com. Le Sentiment du fer se situe dans l’univers du Vieux Royaume de Jean-Philippe Jaworski. Il s'agit d'un recueil de cinq nouvelles de fantasy particulièrement solide, qui ravira autant les amateurs du Vieux Royaume que les non-initiés. L’écriture de Jaworski, comme toujours, vaut le détour et, oserais-je le dire, je pense avoir encore plus aimé ce recueil que Janua Vera. Par ailleurs, gros coup de coeur pour la nouvelle "Désolation". Review complète sur lilitherature.com.

  9. 4 out of 5

    Mathieu

    Retour dans le Vieux Royaume pour Jean-Philippe Jaworski avec ce recueil de nouvelles en cinq textes. Selon un principe éprouvé maintenant depuis l'excellent recueil : Janua Vera, chaque récit est l'occasion de découvrir une facette, un peu de l'histoire ou de la société de ce Vieux Royaume. Comme son illustre aîné, cet ouvrage butine de ci de là, passant d'un peuple ou d'une classe sociale à l'autre. Un léger fil rouge toutefois, les cinq textes se situent tous au court d'une guerre civile déchi Retour dans le Vieux Royaume pour Jean-Philippe Jaworski avec ce recueil de nouvelles en cinq textes. Selon un principe éprouvé maintenant depuis l'excellent recueil : Janua Vera, chaque récit est l'occasion de découvrir une facette, un peu de l'histoire ou de la société de ce Vieux Royaume. Comme son illustre aîné, cet ouvrage butine de ci de là, passant d'un peuple ou d'une classe sociale à l'autre. Un léger fil rouge toutefois, les cinq textes se situent tous au court d'une guerre civile déchirant le Vieux Royaume. En ouverture, un texte dans la veine de ceux qui ont fait le succès de Jaworski, avec une nouvelle histoire de tueur à gages située à Ciudalia. On y retrouve la verve argotique et gouailleuse caractéristique des personnages de la riante cité de Ciudalia, ainsi que son joyeux panier de crabes sénatorial, le tout sur fond de vieille légende elfique. Le deuxième texte, est consacré à l'histoire d'un ménestrel elfe en voyage sur la terre des Hommes, qui se retrouve sur les routes du Vieux Royaume alors que celui-ci est en pleine guerre civile. Le texte le moins réussi du volume à mon goût (qui vaut ce qui vaut, mais j'ai tendance à être d'accord avec lui). Le troisième se focalise sur les mésaventures d'un chiffonnier accusé par un tribunal religieux de détrousser les cadavres sur les champs de bataille. L'ambiance du texte repose essentiellement sur la verve de l'accusé qui tente de sauver sa peau non sans panache quand on pense à la gravité de la peine encourue. Le quatrième texte ravira sans aucun doute les amis des nains, avec le premier texte inscrit dans l'univers du Vieux Royaume qui leur soit consacré. La nouvelle est très prenante, avec de la tension, de l'action et un petit mystère par là-dessus. Les nains sont d'inspiration saxonne, ce qui nous change de leur représentation classique, et les teinte d'un côté semi-barbare assez sympa. Ils sont évidemment rustauds et dur au mal, mais bon, qui ça va surprendre ? Le dernier texte met à nouveau en scène des elfes, même si le personnage principal n'en est pas un. Il met en scène le combat d'une enchanteresse avec une créature ténébreuse plutôt inquiétante. Leur lutte s'inscrit encore une fois dans le cadre de la guerre civile du Vieux Royaume et laisse augurer le pire quant à la nature du culte du Dévoreur et de ses serviteurs appelés les prêtres du Desséché (rien que les noms déjà, on sent les bons gars). Bien que le Dévoreur soit mentionné à plusieurs reprise dans le recueil, peu d'informations filtrent réellement sur ce sombre personnage et nul doute qu'il faudra attendre d'autres textes pour en apprendre plus. Bilan : un recueil plaisant, à l'écriture toujours aussi juste et immersive, mais un ton en-dessous de Janua Vera.

  10. 4 out of 5

    Eric Morand

    De retour dans le vieux royaume avec plaisir... mais avant tout de retour dans la prose de Jaworski. Le principal sortilège de ce livre n'est pas la magie omniprésente dans les nouvelles de cet ouvrage, mais le vocabulaire truculent déployé par l'auteur. Les scenarios pour la plupart ressemblent à des scénars bien ficelés teintés d'humour noir, mais on apprécie de retrouver l'univers des oeuvres précédentes. Le format court apportant des nuances d'histoire par petites touches est parfois un peu f De retour dans le vieux royaume avec plaisir... mais avant tout de retour dans la prose de Jaworski. Le principal sortilège de ce livre n'est pas la magie omniprésente dans les nouvelles de cet ouvrage, mais le vocabulaire truculent déployé par l'auteur. Les scenarios pour la plupart ressemblent à des scénars bien ficelés teintés d'humour noir, mais on apprécie de retrouver l'univers des oeuvres précédentes. Le format court apportant des nuances d'histoire par petites touches est parfois un peu frustrant : on aimerait tellement en savoir plus !

  11. 4 out of 5

    Pierre-emmanuel

    L'écriture de ce recueil de nouvelles est efficace et maîtrisé. Un régal pour la langue. Un plaisir à ne pas se refuser.

  12. 4 out of 5

    Minidou

  13. 4 out of 5

    Veve De

  14. 5 out of 5

    François Ségaud

  15. 5 out of 5

    Pascal-Moshi

  16. 5 out of 5

    Morgane

  17. 4 out of 5

    Jeremie

  18. 5 out of 5

    Nicolas

  19. 5 out of 5

    Julinx

  20. 5 out of 5

    Irène

  21. 5 out of 5

    Kulbuto

  22. 5 out of 5

    Alex Garcia

  23. 4 out of 5

    Chapeaubas

  24. 5 out of 5

    Mathieu Pastek

  25. 4 out of 5

    Gab

  26. 4 out of 5

    Azeann

  27. 5 out of 5

    Gabrielle

  28. 4 out of 5

    Raphaël

  29. 5 out of 5

    Anastasiya NO

  30. 5 out of 5

    Fabien Pfaender

Add a review

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Loading...
We use cookies to give you the best online experience. By using our website you agree to our use of cookies in accordance with our cookie policy.